FTX affirme pouvoir rembourser jusqu’à 118 % des réclamations validées, mais attention à la subtilité

Photo of author

By cocostar

Plan de réorganisation proposé par FTX

Récemment, les responsables de la plateforme FTX ont révélé à travers un communiqué officiel leur intention de rembourser les créanciers affectés par les malversations financières associées à Sam Bankman-Fried. Ce plan ambitieux présenté au tribunal des faillites pourrait, sous réserve d’approbation, démarrer les remboursements dans un délai de 60 jours suivant son activation.

Les détails du taux de remboursement

Une des particularités les plus surprenantes du plan est la promesse de restitution pouvant atteindre « 118 % des réclamations autorisées » pour 98 % des créanciers concernés. Cette annonce, faite avec beaucoup de confiance par John J. Ray III, le CEO chargé de la restructuration, semble offrir une lueur d’espoir pour ceux ayant perdu des fonds.

Compréhension des chiffres annoncés

Cependant, il est crucial de comprendre ce que signifient exactement ces pourcentages. En effet, cela ne signifie pas nécessairement que les créanciers récupéreront plus que leurs investissements initiaux. Les « 118% » incluent la restitution des montants principaux des réclamations ainsi que des intérêts supplémentaires. Mais ce taux est calculé sur la base de la valeur des monnaies au moment de la faillite de FTX en novembre 2022, une période où la valeur de nombreux crypto-actifs était nettement plus basse qu’auparavant.

La réalité des remboursements

Lorsqu’on prend en compte l’inflation des prix des crypto-monnaies comme le Bitcoin, qui valait autour de 17 000 dollars en novembre 2022 et qui s’échange actuellement à un taux bien supérieur, le montant effectivement récupéré par les créanciers pourrait sembler décevant.

La complexité de la restitution financière

En outre, la restitution des fonds est compliquée par le fait qu’au moment de la faillite, FTX ne possédait qu’une fraction minime des actifs qu’elle était censée détenir pour le compte de ses clients. Tant pour le Bitcoin (seulement 0,1 %) que pour l’Ethereum (1,2 %), les actifs détenus étaient largement inférieurs à ceux nécessaires pour couvrir l’ensemble des réclamations.

Enfin, cette situation accentue l’importance de l’éducation des investisseurs sur les modes de conservation sécurisés de leurs actifs cryptographiques, loin des plateformes d’échange centralisées sujettes à de tels risques financiers.

Laisser un commentaire