Mise en garde de l’Europe et de l’AMF sur les risques liés aux mixeurs, layer 2 et réseaux tels que Monero

Photo of author

By cocostar

L’Europe et l’AMF tirent la sonnette d’alarme concernant les pièges potentiels des mixeurs, des réseaux de type Layer 2 et des cryptomonnaies telles que Monero. Plongeons ensemble dans les enjeux et les précautions à prendre face à ces nouveaux défis financiers et technologiques.

Mise en gardes sur les mixeurs crypto et réseaux de confidentialité

découvrez la mise en garde de l'europe et de l'amf sur les risques associés aux mixeurs, layer 2 et réseaux comme monero. protégez vos actifs et restez informé.

Le Hub d’Innovation pour la Sécurité Intérieure de l’Union Européenne a récemment mis en exergue les défis signifcatifs posés par les mixeurs de cryptomonnaies et les technologies de confidentialité, telles que Tornado Cash et Monero. Ces outils permettent aux utilisateurs d’échanger des tokens tout en masquant les adresses des portefeuilles sur des réseaux comme Ethereum, BNB Chain, Arbitrum, Avalanche et Optimism. En utilisant des preuves à divulgation nulle de connaissance, ces mixeurs rendent les transactions quasiment intraitables pour les autorités.

Ces méthodes sophistiquées de dissimulation de transactions compliquent grandement le travail des forces de l’ordre, notamment pour identifier l’origine des fonds qui peuvent souvent provenir d’activités illicites ou de blanchiment d’argent.

Défis posés par les solutions layer 2

découvrez les avertissements de l'europe et de l'amf concernant les dangers associés aux mixeurs, aux réseaux de couche 2 et à des cryptomonnaies comme monero.

Les solutions de layer 2, comme le réseau Lightning, ne sont pas en reste en ce qui concerne les défis qu’elles posent aux autorités. Selon le Hub d’Innovation pour la Sécurité Intérieure, ces technologies permettent de réaliser des paiements de manière presque invisible. Les horaires et les montants des transactions ne sont pas facilement traçables, ajoutant une couche de complexité supplémentaire pour les enquêtes légales.

Les nouveaux schémas de chiffrement des portefeuilles compliquent également l’accès légal aux informations par les forces de l’ordre, rendant la tâche encore plus ardue pour lutter contre les usages criminels de ces technologies.

Blanchiment d’argent et perspective réglementaire

En France, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a également sonné l’alarme sur les risques élevés liés à l’utilisation des cryptomonnaies pour le blanchiment d’argent. En raison de leur popularité croissante, de leur nature transfrontalière, et de l’anonymat offert par des plateformes comme les mixeurs, la crypto-monnaie présente des défis majeurs pour la régulation et la surveillance.

Dans un rapport récent, l’AMF a insisté sur la nécessité d’une réglementation accrue et d’une vigilance renforcée pour encadrer ces technologies, tout en reconnaissant les innovations et les opportunités qu’elles apportent.

Risque accru d’activités criminelles

Selon Tracfin, les crypto-actifs sont de plus en plus utilisés pour le blanchiment d’argent, les circuits de fraude fiscale, et le financement du terrorisme. Les transactions en cryptomonnaies générées à partir d’activités criminelles telles que les attaques par rançongiciel rendent la tâche des autorités encore plus difficile.

Ces technologies émergentes, bien qu’innovantes, nécessitent une surveillance accrue pour minimiser les risques associés aux activités illégales.

AMF

Préconisations pour une réglementation adéquate

Face à ces défis, les recommandations des autorités incluent :

  • Une réglementation plus stricte des mixeurs et des technologies de confidentialité.
  • Une surveillance accrue des transactions et des plateformes de cryptomonnaies.
  • Une meilleure collaboration internationale pour atteindre un niveau de traçabilité plus élevé.

Ces mesures, bien que contraignantes, semblent être nécessaires pour équilibrer les opportunités offertes par la blockchain et les besoins de sécurité publique.

Laisser un commentaire