Les liens entre Bitcoin, fentanyl et les cartels mexicains dévoilés par un rapport américain

Photo of author

By cocostar

Dans le monde complexe de la criminalité organisée, une récente enquête américaine a mis en lumière les rouages clandestins qui relient le Bitcoin, le commerce mortel de fentanyl et les redoutables cartels mexicains. Cette étude révèle une dangereuse synergie entre la monnaie virtuelle, les trafics illicites et la violence des organisations criminelles, jetant ainsi une lumière crue sur les enjeux économiques liés au crime transnational.

Un fléau sanitaire : le fentanyl ravage l’Amérique

découvrez les révélations d'un rapport américain sur les liens entre bitcoin, fentanyl et les cartels mexicains.

Un chiffre alarmant résonne outre-Atlantique : « Un Américain meurt toutes les 7 minutes » à cause du fentanyl. Originellement prescrit pour soulager les patients atteints de cancer, cette drogue de synthèse, peu coûteuse et terriblement mortelle, est désormais l’une des principales causes de décès chez les 18-45 ans aux États-Unis. Cette catastrophe sanitaire est alimentée par un puissant trafic orchestré par les cartels mexicains, maîtrisant ce marché lucratif.

Cryptomonnaies et financement des cartels

découvrez les révélations inédites sur les liens entre bitcoin, fentanyl et les cartels mexicains, telles que dévoilées par un rapport américain.

Les autorités américaines ont levé le voile sur un aspect crucial et inquiétant de ce trafic : l’utilisation des cryptomonnaies par les cartels pour financer leur empire. Un rapport du Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN), dépendant du Département du Trésor américain, met en lumière que ces organisations criminelles utilisent principalement Bitcoin, Ethereum, Monero, et Tether pour effectuer leurs transactions illicites, notamment l’achat de matières premières nécessaires à la fabrication du fentanyl.

Le rôle des fournisseurs chinois

Le rapport du FinCEN indique que les cartels s’approvisionnent en produits chimiques et équipements auprès de fournisseurs basés en Chine, qui sont souvent payés en cryptomonnaies. Voici un extrait du document :

« Les cartels achètent de plus en plus de produits chimiques et d’équipements nécessaires à la confection du fentanyl auprès de fournisseurs basés en Chine et ils paient, entre autres, en bitcoins, en éthers, en Monero et en Tether. »

Les paiements en cryptomonnaies : une arme à double-tranchant

Les paiements en cryptomonnaies simplifient grandement les transactions internationales illicites. Selon le rapport, ces fonds finissent souvent dans les portefeuilles des fournisseurs chinois, hébergés sur des plateformes ou appartenant à des complices. L’aspect décentralisé et quasi-anonyme de ces monnaies numériques rend leur traçabilité difficile, facilitant ainsi le blanchiment d’argent et le financement des activités criminelles.

Recommandations pour les sociétés financières

Pour lutter contre ce phénomène, les autorités américaines ont émis une série de recommandations à l’attention des sociétés financières. Celles-ci sont encouragées à reconnaître les preuves d’un trafic illicite et les signaux faibles qui pourraient indiquer de telles activités :

  • Transactions financières suspectes entre le Mexique et la Chine.
  • Comportements inhabituels dans l’achat de matériel spécifique.
  • Utilisation prolifique de certains tokens comme Bitcoin, Ethereum, Monero et Tether.

Les échanges suspects entre ces deux pays sont particulièrement scrutés, notamment les entreprises vendant du matériel pour fabriquer, conditionner ou distribuer ces drogues dangereuses.

Un défi pour les pouvoirs publics

Cette affaire démontre que les cryptomonnaies peuvent être détournées pour faciliter des activités illégales. Cependant, il est essentiel de ne pas diaboliser tout un secteur basé sur ces exceptions criminelles. Un juste équilibre doit être trouvé, espérons que les pouvoirs publics prendront des mesures efficaces pour enrayer cette crise sanitaire continue et épargner des vies humaines.

Laisser un commentaire