La BCE admet une inflation élevée jusqu’en 2026 et abandonne son objectif de 2 % d’ici à 2025

Photo of author

By cocostar

La Banque Centrale Européenne fait face à une situation inédite : une inflation persistante et une stratégie revue à la baisse. En effet, l’institution a annoncé récemment qu’elle abandonnait son objectif d’inflation de 2 % d’ici à 2025, anticipant une période prolongée d’inflation élevée jusqu’en 2026. Ces changements soulèvent des interrogations quant aux politiques monétaires à venir et à leurs conséquences sur l’économie européenne.

L’inflation restera élevée pour les années à venir

la banque centrale européenne prévoit une inflation élevée jusqu'en 2026 et renonce à son objectif de 2 % d'ici à 2025.

Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré que l’inflation continuerait de rester élevée jusqu’en 2026. Abandonnant ainsi l’objectif initial d’une inflation à 2 % en 2025, Lagarde a reconnu que cet objectif est devenu de plus en plus difficile à atteindre. Cette déclaration souligne les défis auxquels la BCE est confrontée pour stabiliser l’économie de la zone euro.

Les prévisions révisées de la BCE

découvrez les implications de la décision de la bce d'accepter une inflation élevée jusqu'en 2026 et de renoncer à son objectif de 2 % d'ici à 2025.

La BCE prévoit désormais un taux d’inflation de 2,5 % en 2024 et 2,2 % en 2025. Ces chiffres constituent un ajustement par rapport à l’objectif initial de 2 % en 2025. Cette révision est une reconnaissance des pressions inflationnistes persistantes qui affecteront l’économie européenne à moyen terme.

Une combinaison de facteurs macroéconomiques défavorables

Plusieurs facteurs ont contribué à l’incertitude économique actuelle. La guerre en Ukraine a eu un impact significatif, provoquant une hausse des prix de l’énergie et alimentant l’inflation. De plus, les hausses de salaires obtenues par les travailleurs pour compenser la perte de pouvoir d’achat due à l’inflation ont également joué un rôle crucial.

Le rôle des hausses de salaires dans l’inflation

Les augmentations de salaires ont été une réponse directe à la diminution du pouvoir d’achat, mais elles ajoutent une pression supplémentaire sur l’inflation. Selon Christine Lagarde, il est encore incertain comment les profits des entreprises, les salaires et la productivité évolueront à l’avenir, ce qui complexifie davantage les prévisions économiques.

Les incertitudes futures

La BCE est consciente que de nombreuses incertitudes persistent quant à l’évolution future de l’inflation. Les chocs potentiels du côté de l’offre et les variations des profits des entreprises et des salaires sont des facteurs qui pourraient influencer considérablement la direction que prendra l’inflation. La situation en 2026 reste donc très incertaine.

La situation en France

En France, l’inflation a progressé de 2,1 % en juin 2024, selon les estimations de l’Insee. Ce niveau est légèrement inférieur à la moyenne prévue par la BCE, notamment grâce à une modération des prix de l’alimentation et de l’énergie.

Contexte et perspectives

En conclusion, la BCE doit rester vigilante et adaptable face à une situation économique en constante évolution. Les nouvelles prévisions de la banque centrale européenne démontrent clairement une reconnaissance des défis persistant à court et moyen terme. Pour les citoyens et les investisseurs, ces annonces sont cruciales afin de planifier leurs actions économiques futures.

Laisser un commentaire