Comprendre l’euro numérique : enjeux et préoccupations

Photo of author

By cocostar

Plongeons au cœur de l’évolution monétaire avec l’euro numérique. Décryptage des enjeux et des préoccupations qui accompagnent cette révolution digitale dans le monde des finances.

Qu’est-ce que l’euro numérique ?

L’euro numérique est une initiative de la Banque centrale européenne (BCE) visant à introduire une version numérique de l’euro. L’objectif est de créer une monnaie qui fonctionnera en parallèle avec les moyens de paiement actuels comme les espèces, les cartes bancaires, et les virements bancaires.

Il existe deux formes d’euro numérique :

  • Euro numérique de détail : destiné au grand public, il servira pour les petits paiements quotidiens, que ce soit en magasin ou en ligne.
  • Euro numérique de gros : destiné aux institutions financières et aux grandes entreprises, il facilitera les transactions financières et bancaires de grande envergure.

Le déploiement de l’euro numérique est actuellement en phase de test et pourrait être disponible autour de 2027-2028.

Pourquoi la BCE veut introduire un euro numérique ?

La BCE a plusieurs motivations pour introduire l’euro numérique :

  • Modernisation : répondre à l’évolution des habitudes de paiement en proposant une alternative numérique aux espèces et cartes bancaires.
  • Autonomie stratégique : réduire la dépendance aux prestataires de services de paiement non-européens.
  • Inclusion financière : permettre à tous de disposer d’un moyen de paiement facile, même sans compte bancaire.
  • Stabilité monétaire : garantir la pertinence de l’euro à l’ère numérique et assurer la confiance dans la monnaie publique.

Utilisation et avantages de l’euro numérique

L’euro numérique pourra être utilisé pour différents types de transactions, allant des paiements en magasin et en ligne aux transactions entre particuliers et aux grosses opérations financières.

Accessibilité universelle

L’euro numérique sera accessible à tous les résidents de la zone euro, même ceux qui n’ont pas de compte bancaire, ce qui pourrait encourager une plus grande inclusion financière.

Efficacité des paiements

Les transactions avec l’euro numérique seront instantanées et efficaces, facilitant les échanges commerciaux et rendant les transactions plus fluides.

Portefeuille numérique

Les utilisateurs pourront stocker leurs euros numériques dans des portefeuilles numériques accessibles via des applications mobiles ou des cartes physiques, garantissant une grande flexibilité d’utilisation, même hors ligne.

Interopérabilité

L’euro numérique sera conçu pour être compatible avec les systèmes de paiement existants, assurant une transition en douceur vers cette nouvelle forme de monnaie.

Différences entre l’euro numérique et les cryptomonnaies

Contrairement aux cryptomonnaies, l’euro numérique sera émis et garanti par la BCE, ce qui introduit plusieurs différences majeures :

Centralisation

L’euro numérique sera centralisé et régulé par la BCE, contrairement aux cryptomonnaies comme le Bitcoin, qui sont décentralisées et ne dépendent d’aucune autorité centrale.

Garantie institutionnelle

La BCE garantit la valeur de l’euro numérique, offrant une stabilité et une sécurité perçues plus élevées par rapport aux cryptomonnaies, dont la valeur repose sur la confiance des utilisateurs et les dynamiques de marché.

Technologie

Les cryptomonnaies utilisent la technologie blockchain pour sécuriser les transactions. L’euro numérique pourrait utiliser des technologies centralisées ou hybrides offrant un haut niveau de contrôle.

Inquiétudes et dangers liés à l’euro numérique

Confidentialité des transactions

Le caractère centralisé de l’euro numérique soulève des préoccupations concernant la confidentialité et la traçabilité des transactions.

Sécurité informatique

La numérisation de la monnaie expose à des risques accrus de cyberattaques. Il sera crucial pour la BCE de mettre en place des mesures de sécurité robustes pour protéger l’euro numérique.

Impact sur les banques commerciales

L’euro numérique pourrait conduire à une désintermédiation bancaire, où les utilisateurs préfèreraient garder leur argent en euros numériques plutôt que dans des comptes bancaires traditionnels. Pour limiter cet impact, la BCE envisage un plafond de 3 000 euros sur les comptes en euros numériques détenus par les particuliers.

Fin des transactions anonymes?

Certains craignent que l’introduction de l’euro numérique puisse signifier la fin des transactions anonymes assurées par les espèces. La BCE a cependant affirmé vouloir coexister avec les espèces et non les remplacer.

Échéancier de l’euro numérique

La progression vers l’introduction de l’euro numérique se déroule en plusieurs phases :

  • Phase d’étude (2021) : évaluation des besoins et attentes des utilisateurs, collecte d’avis des parties prenantes.
  • Phase préparatoire (2023) : expérimentations et élaboration des règles de fonctionnement.
  • Adoption du cadre législatif : nécessitant l’approbation du Conseil de l’Union européenne et du Parlement européen.
  • Décision finale de la BCE : prévue entre 2027 et 2028, en fonction des résultats des phases précédentes.

Et vous, qu’en pensez-vous ? L’euro numérique va-t-il réellement révolutionner nos habitudes de paiement ou pose-t-il des risques importants ? N’hésitez pas à partager vos réflexions dans les commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire