Ce que révèle le premier rapport d’étape de la BCE sur l’avenir de l’Euro numérique

Photo of author

By cocostar

Le premier rapport d’étape de la BCE sur l’avenir de l’Euro numérique a récemment été dévoilé, apportant des éclaircissements sur cette nouvelle perspective monétaire. Cette publication suscite de nombreuses interrogations quant à l’évolution des devises virtuelles au sein de la zone euro. Nous allons explorer les principales conclusions de ce rapport et les implications qu’elles pourraient avoir sur l’économie européenne.

Un pas en avant pour l’Euro numérique

découvrez les révélations clés du premier rapport d'étape de la bce sur l'avenir de l'euro numérique.

La Banque centrale européenne (BCE) confirme son calendrier initial en publiant le premier rapport d’étape sur la phase préparatoire de l’euro numérique. Ce projet ambitieux, lancé le 1er novembre 2023, vise à poser les fondements pour une éventuelle émission en octobre 2025. Le rapport présente les progrès réalisés concernant la conception de l’euro numérique et annonce les prochaines étapes cruciales.

Standards de confidentialité renforcés

découvrez les révélations du premier rapport d’étape de la bce sur l’avenir de l’euro numérique et son impact sur l’économie européenne.

La BCE semble résolue à offrir des standards de confidentialité exemplaires pour l’euro numérique. Ces nouveaux standards techniques promettent des niveaux de confidentialité supérieurs à ceux des solutions de paiement numériques actuelles, tout en assurant une protection solide contre la fraude. L’objectif affiché est d’atteindre un niveau de confidentialité proche de celui des transactions en espèces.

Par ailleurs, les prestataires de services de paiement n’auront accès qu’aux données indispensables pour se conformer aux réglementations de l’UE, notamment celles contre le blanchiment de capitaux. La BCE sera également supervisée par des autorités indépendantes de protection des données, garantissant sa conformité au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) de l’UE.

Fonctionnalité hors ligne et plafonds de détention

L’Eurosystème travaille sur une fonctionnalité hors ligne pour l’euro numérique, permettant des paiements sans connexion internet après préchargement des comptes. Les transactions se feront directement entre appareils, sans partager d’informations personnelles avec les prestataires de services de paiement ou autres entités. La BCE explore également l’utilisation de cartes à puce pour ces paiements hors ligne.

Pour maintenir la stabilité financière, les dépôts en euros numériques ne seront pas rémunérés et seront soumis à des plafonds. La BCE recense les facteurs influençant ces plafonds pour garantir une utilisation généralisée de la monnaie numérique.

Travaux futurs et appels à candidatures

Le groupe chargé de l’élaboration des règles pour l’euro numérique prévoit une version mise à jour d’ici fin 2024, abordant notamment l’identification et l’authentification des utilisateurs ainsi que les exigences liées à l’infrastructure. En complément, la BCE a lancé cinq appels à candidatures pour des accords-cadres avec des prestataires externes, afin de peaufiner les détails techniques.

Importance du cadre juridique

Piero Cipollone, membre de la BCE, souligne l’importance de poursuivre le dialogue sur le cadre juridique. La BCE tient à consulter toutes les parties prenantes, y compris le public européen, pour garantir le succès de l’euro numérique.

Le Conseil des gouverneurs ne prendra une décision sur l’émission de l’euro numérique qu’une fois la législation adoptée, le vote final étant prévu pour octobre 2025.

  • Niveaux de confidentialité : Supérieurs aux solutions de paiement actuelles.
  • Fonctionnalité hors ligne : Paiements sans connexion internet.
  • Plafonds de détention : Dépôts non rémunérés avec plafonds.
  • Appels à candidatures : Pour des accords-cadres avec des prestataires externes.
  • Dialogue continu : Avec toutes les parties prenantes.

Laisser un commentaire